L' ISO 50001

La norme ISO 50001, lancée en 2011, est adoptée par des organisations de plus en plus nombreuses. En France environ 2300 organisations étaient certifiées fin 2017. Un certificat peut couvrir de un à plusieurs centaines de sites, selon le périmètre du système de management de l'énergie certifié.

Le Programme national PRO-SMEn a pour objectif d'accélérer le déploiement de la norme en aidant les entreprises et les collectivités à la mettre en place. Pour cela une prime est octroyée, sur demande, une fois le certificat ISO 50001 obtenu.

Pourquoi un système de management de l’énergie (SMEn) ?

Une gestion efficace de l’énergie aide les organisations à réduire leur consommation d’énergie et leur impact sur le réchauffement climatique et à réaliser des économies.

Les actions organisationnelles, telles que la réalisation d’un audit énergétique, la mise en place d’un plan de comptage de l’énergie ou d’un Système de Management de l’Énergie, SMEn, constituent un levier essentiel pour améliorer l’efficacité énergétique des organisations.

Plus particulièrement, la mise en place d’un SMEn est un vecteur de progrès sur la durée, du fait de sa démarche d’amélioration continue.

La norme ISO 50001 en bref

La démarche repose sur une méthodologie d’amélioration continue et sa mise en œuvre se  décompose en 6 phases

  1. Désignation d’un « Responsable Energie »
  2. Elaboration d’une politique d’efficacité énergétique
  3. Fixation des objectifs quantifiables pour mise en oeuvre
  4. Relevé et analyse des données de départ (notamment consommations d’énergie)
  5. Programmation et réalisation des travaux et adaptation nécessaires
  6. Mesure des résultats et poursuite de l’amélioration en continu.

La différence entre l’audit énergétique obligatoire et la certification ISO 50001

Depuis 2015, les grandes entreprises* ont l'obligation de réaliser un audit énergétique tous les 4 ans.  Cet audit peut être réalisé en interne ou en externe. Il s’agit  d’un bilan des consommations d’énergie de l’entreprise à partir duquel sont déterminées les actions d’améliorations possibles. Il doit concerner au moins 80% des dépenses énergétiques.
Les entreprises certifiées ISO 50001 sont exemptées de cet audit énergétique obligatoire.

Le SMEn certifié ISO 50001 comprend un audit énergétique passant en revue et analysant les usages de l’énergie du/des site(s) compris dans son périmètre.
Il identifie et hiérarchise les potentiels d’amélioration de la performance énergétique desdits sites. Les cinq leviers d’action :

  • Réglementation : Réalisation d’une veille réglementaire et évaluation de conformité à toutes les exigences applicables en matière d’énergie.
  • Management des ressources humaines : Gestion des compétences techniques, amélioration des comportements et implication du personnel dans une démarche de développement durable
  • Maintenance : Gestion du paramétrage des installations, respect des critères opérationnels, pérennité des équipements et maîtrise des consignes de confort.
  • Conception : Choix de nouveaux équipements plus performants, intégration de la performance énergétique dans le cahier des charges et réalisation d’une veille technologique
  • Achat : Intégration de la performance énergétique dans la politique d’achat, maîtrise des achats d’énergie et gestion des contrats de service énergétique.

L'ISO 50001 et l'ISO 14001

La norme ISO 50001 a été bâtie selon les mêmes principes que l’ISO 14001. L’intégration des deux systèmes de management est donc possible et facile à réaliser.

L'ISO 50001 est dédiée à l'énergie, elle propose une méthodologie structurée sur la problématique de l'énergie.
Elle aborde le domaine de l’énergie en termes de performance énergétique, efficacité énergétique et de réduction des consommations, et donc le suivi des coûts/économies possibles associés.

L'ISO 14001 s'intéresse à tous les types d'impacts environnementaux (elle est multicritères); la consommation d'énergie est abordée via l'épuisement des ressources naturelles et des rejets liés à la combustion nécessaire à la produire. L'objectif est de limiter les impacts associés.

Retours d'expérience : les bénéfices de l'ISO 50001 selon les "certifiés"

Une étude, réalisée par AFNOR en mars 2017 sur les pratiques de 185 organismes détenteurs d’une certification ISO 50001 et basés pour la plupart en France et en Allemagne, montre que la norme parle désormais aux acteurs de toute taille et notamment aux PME et les ETI de petite taille.

80 % des organismes interrogés sont très satisfaits de la démarche et, surtout, 94 % la recommandent : les organismes engagés depuis le plus longtemps la recommandent d’autant plus certainement, ce qui est un gage de qualité.

Pour les trois quarts des interrogés, les budgets dédiés à l’ISO 50001 sont négligeables au regard des bénéfices apportés.

Les principaux postes de dépenses sont le prix de l’audit de certification, l’accompagnement par des prestataires extérieurs, l’équipement en compteurs et la formation. Nous vous proposons d'en savoir plus sur les avantages de l'ISO 50001.

Voir la video de l'AFNOR : les certifiés ISO 50001 plébicitent le management de l'énergie formalisé (2 minutes)

Les certificateurs titulaires de l'accréditation pour l'ISO 50001

Attention, vérifiez que le certificateur auquel vous vous adressez est bien titulaire d'une accréditation pour la norme ISO 50001.
Cette accréditation est délivrée  par un organisme national : le COFRAC en France, DAkkS en Allemagne, UKAS au Royaume-Unis, etc... membre de la coopération européenne d'accréditation

Un certificateur peut être accrédité pour une ou plusieurs normes et pas pour l'ISO 50001.

De la version 2011 à la version 2018

Une nouvelle version de la norme ISO 50001 a été publiée en août 2018. Cette nouvelle version se substituera définitivement à la version 2011 en août 2021. La prime PRO-SMEn quand à elle, récompense les organisations quelle que soit la version de leur certificat ISO 50001.

Le site officiel de la norme ISO 50001

*Entreprise présentant sur ses deux derniers exercices comptables clôturés :
- soit plus de  250 salariés
- soit un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50M€ ET un total de bilan dépassant 43M€